La pièce

« Mort d’un coupeur de canne dans un champs de betteraves » est une fresque historique qui fait revivre le rôle et la vie des réunionnais pendant la première guerre mondiale. Histoire mal connue qui est aussi en grande partie celle de tous les soldats coloniaux. 

De façon sensible et avec une forme d’humour caustique, sont évoqués à travers de nombreuses scènes, le racisme paternaliste de l’Etat major français, les conditions spécifiques faites aux coloniaux, le désastre des Dardanelles, le patriotisme de la bourgeoisie réunionnaise. 

De la déclaration de guerre à la levée des conscrits, de la vie dans les tranchées à Verdun comme aux Dardanelles aux camps d’hivernage en Algérie, des demandes de sursis à l’arrestation des déserteurs dans l’Ile, des conséquences économiques pour les planteurs de canne à celle du petit peuple, les tableaux suivent sans le souligner un déroulement chronologique que les conséquences même de la durée de la guerre rend important. 

Les rôles sont nombreux et les parcours individuels sont inscrits en filigrane. Mais c’est avant tout d’un désastre collectif qu’il s’agit. 

Théâtre documentaire, le texte laisse entrevoir le regard critique de l’auteur tout souhaitant faire entendre les mentalités, l’esprit de l’époque. 

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert