La Dépèche du Midi

Souillac. La saga du nucléaire soulève réflexion

Présenté par l'association Ecaussystème, en partenariat avec la ville de Souillac, «Avenir radieux : une fission française» s'est jouée, le 10 novembre, dans une salle Du Bellay comble.

Dans cette pièce d'un théâtre militant, l'auteur-acteur Nicolas Lambert poursuit, après «Bleu» consacré au pétrole et avant «Rouge» sur l'armement, sa trilogie sur les «produits du terroir».

Grâce à un méticuleux travail de recherches, il dévoile, par des vérités bien assénées ou d'instructifs sous-entendus, une saga qui dure depuis plus d'un demi-siècle. Dans un débat public où le public n'est guère écouté, l'acteur invite sur scène hommes politiques et patrons de multinationales, véritables pionniers de la ruée vers l'atome, avec en toile de fond le profil de Pierre Guillaumat, l'homme du pétrole, de l'atome après sa nomination au CEA, devenu ensuite l'homme du secret.

Le tourbillon de la politique industrielle française avec la construction de plus de 50 réacteurs entre 1974 et 1999, le secret défense, la censure, le silence de l'OMS, l'absence de risques affirmée malgré Tchernobyl et Fukushima, un verbage sirupeux ou une verve intarissable… Nicolas Lambert fait de ce spectacle le récit d'une épopée explosive et un véritable documentaire qui incite à la réflexion.

Et si les attentats de Paris étaient liés à la dette contractée par la France envers l'Iran pour la construction d'une centrale sur le territoire ?

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert