La Nouvelle République

Le retour " radieux " de Nicolas Lambert

En marge de la programmation officielle du Théâtre, dévoilée par son directeur Alain Crendal samedi dernier, le spectacle de et par Nicolas Lambert, Avenir radieux, sera présenté vendredi 28 septembre à 20 h 45, dans le nouvel espace de diffusion culturelle désormais incontournable de la place Jules-Ferry.

L'auteur et acteur, déjà applaudi sur la scène de l'ancien Théâtre dans le cadre de la quinzaine de la solidarité (spectacle Elf, la pompe Afrique) récidive avec cette fiction française où « entre rires étranglés et neurones irradiés », il expose le deuxième volet d'une trilogie sur la politique énergétique de la France.

Sébastien Meseray de l'association Survie Bressuire, radieux !

« Nous constituons un des 17 groupes locaux de la fédération nationale, et pour cette soirée le choix de Nicolas Lambert était une évidence. Ce comédien talentueux, accompagné d'un musicien, interprète 23 personnages dans la pièce, et traite un sujet explosif, le nucléaire, avec beaucoup d'humour et d'intelligence », précise Sébastien Meseray, chargé des relations presse de l'association organisatrice, Survie Bressuire.

Le nucléaire françafricain au Théâtre

Nicolas Lambert revient sur la Françafrique sous l'angle du nucléaire après l'avoir abordée sous l'angle du pétrole et avant de se pencher sur le marché de l'armement.

Nicolas Lambert revient sur la Françafrique sous l'angle du nucléaire après l'avoir abordée sous l'angle du pétrole et avant de se pencher sur le marché de l'armement.

Il y a quelques années, l'association Survie de Bressuire avait invité Nicolas Lambert à donner « Elf, la pompe à fric », la première pièce d'une trilogie.

Le second volet fait étape ce vendredi à 20 h 45 au Théâtre. Avec « Avenir radieux, une fission française », Nicolas Lambert s'intéresse à l'exploitation de l'uranium. « Cette pièce revient sur toute cette histoire du nucléaire français et sur les raisons pour lesquelles on en parle très peu en France » expliquent les membres de l'association Survie.

La " Françafrique " sur la scène mondiale et au Théâtre

Des militants bressuirais œuvrent pour une nouvelle relation entre la France et l’Afrique. Ils comptent sur une pièce de théâtre pour faire avancer leur cause.

Créée en 2005 à Bressuire, l'association Survie est l'un des dix-sept groupes locaux et le référent régional d'une fédération regroupant 1.700 adhérents qui militent notamment contre le mode de fonctionnement actuel de la « Françafrique ». « Nous sommes pour une plus grande transparence entre la France et l'Afrique », souligne Marylène Petit, sa présidente.


Les membres de l'associaiton Survie comptent sur la pièce de Nicolas Lambert pour convaincre.

Les membres de l'associaiton Survie comptent sur la pièce de Nicolas Lambert pour convaincre.

« Depuis la décolonisation, les différents gouvernements ont toujours maintenu une cellule Afrique qui dépend directement de l'Élysée. Notre but est d'obtenir que chacun des peuples des pays africains obtienne le droit d'exploiter ses propres ressources. » Autour d'elle, une poignée de militants lutte depuis 7 ans sans baisser les bras malgré la méconnaissance assez large du sujet.

« Depuis quelques années, on a vu un peu plus de documentaires, d'informations sur le sujet. On en parle un peu plus mais ça ne bouge pas pour autant. » note Roland, le mari de Marylène. « Nous avons contacté tous les candidats aux dernières législatives qui nous ont avoué une relative méconnaissance du sujet. »

Pétrole, nucléaire et armes  « Depuis 20 ans, l'Afrique a régressé. Ces pays sont riches en matières premières (cacao, pétrole, uranium…) mais ils ne les exploitent pas et ne les transforment pas. » D'interpellations politiques en informations du public, de participation aux FACS à la coordination de la Semaine de la solidarité internationale, l'association Survie multiplie les actions.

Il y a quelques années déjà, elle avait invité Nicolas Lambert à donner la première pièce d'une trilogie consacrée à ce thème. « Elf, la pompe à fric », dénonçait l'exploitation du pétrole africain par la compagnie française.

Le second volet de cette trilogie refera étape le vendredi 28 septembre à 20 h 45 au Théâtre. Cette fois, avec « Avenir radieux, une fission française », Nicolas Lambert s'intéresse à l'exploitation de l'uranium au profit d'Areva. Le dernier volet sera consacré au marché de l'armement.

« Cette exploitation de l'uranium se fait sans aucune enquête publique. Cette pièce revient sur toute cette histoire du nucléaire français et sur les raisons pour lesquelles on en parle très peu en France » poursuivent les membres de l'association Survie.

« Le pétrole, le nucléaire et l'armement sont aujourd'hui les sources de richesse de la France comme le pâturage et le labourage en étaient les mamelles », explique Nicolas Lambert dans l'argumentaire de sa pièce. « L'information relative à ces sujets est confisquée. »

nr.bressuire@nrco.fr

« Avenir radieux, une fission française » : vendredi 28 septembre à 20 h 45 au Théâtre, de et par Nicolas Lambert. Réservation : 10 € à l'office de tourisme ou Artisans du monde, 12 € sur place, tarif réduit 5 €, contact : tél. 05.49.80.89.14. ou 06.68.65.81.94, survie.bressuire@gmail.com, http://surviebressuire79. over-blog.com

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert