Midi Libre

shapeimage_2.png

Un Connaulais occupe la scène du festival Off
par Chloé VINCENT

Le samedi 7 juillet, le festival Off d'Avignon a commencé et avec lui le dernier spectacle de Nicolas Lambert, "Avenir Radieux, une fission française". L'auteur et interprète a souhaité être accompagné d'un musicien pour présenter sa pièce sur le nucléaire français. C'est donc pour cela, qu'Eric Chalan, contrebassiste connaulais, s'est invité sur scène avec le comédien. "Je n'aime pas les spectacles sans musique et encore moins ceux avec des musiques enregistrées. Lorsque l'on fait du spectacle vivant, je pense qu'il est essentiel d'avoir des musiciens qui accompagnent les comédiens", confie Nicolas Lambert.

L'auteur est en résidence au théâtre du Grand Parquet à Paris lorsque la musicienne de son spectacle précédent, Hélène Billard, lui parle d'Eric Chalan. "J'ai entendu Éric jouer et ça m'a beaucoup plu. Il avait une contrebasse électrique et j'ai trouvé que les sonorités correspondaient complètement à l'atmosphère du spectacle.", explique le comédien. C'est alors un travail de complémentarité qui commence et la musique vient soutenir et appuyer les paroles de l'acteur. "Pour certains personnages, Nicolas voulait que je crée un thème les représentant. Nous nous sommes amusés à les illustrer. Les parties d'improvisations sur scènes, nous permettent d'être constamment à l'écoute l'un de l'autre", reconnaît Eric Chalan. La musique électrisante de la contrebasse a toute sa place dans le spectacle. Tour à tour, musique d'ambiance ou intermède azimuté, la musique fait entièrement partie de la représentation. "Je suis la chair, l'incarnation sur la scène mais Eric et sa musique sont la colonne vertébrale du spectacle. Il structure le tout", aime à rappeler Nicolas Lambert. Et si le duo complice s'amuse aujourd'hui sur la scène du Off, cela faisait pourtant 20 ans qu'Éric Chalan n'était pas venu jouer pour le festival de la Cité des Papes. "J'habite à Connaux et c'est vrai que je suis rarement dans notre région. C'est plus difficile de trouver des dates dans le Sud Est, je ne sais pas pourquoi. Mais j'aimerais vraiment jouer chez nous", explique-t-il. Chose faite pour cet été puisqu'il a plusieurs dates à Vaison-la-Romaine et à Menton avec différents projets, "Je joue de la contrebasse pour des concerts de tango. J'ai aussi très envie de continuer les soirées d'improvisation lors de vernissages. Le dernier en date était celui d'Eddy Termini à Pont-Saint-Esprit". Une belle saison estivale pour ce contrebassiste qui a déjà su captiver le public avignonnais.

Avenir Radieux, un spectacle vraiment détonant !
par Chloé VINCENT

Pendant deux heures, le comédien Nicolas Lambert joue seul sur scène sa pièce sur le nucléaire. Enfin, seul, cela est vite dit. Il s'évertue à incarner 23 personnages, acteurs connus ou inconnus de l'industrie nucléaire française. 

Ce projet s'inscrit dans une trilogie sur les grandes sources de richesses du pays. Le premier spectacle traîtait du procès Elf et le prochain, qui est en préparation, sera sur l'armement. Bien qu'ironique, cette pièce n'est pas pour autant la vision personnelle de Nicolas Lambert. Chaque mot est emprunté à un homme politique, un travailleur de centrale, un réprésentant de la Haute Autorité à la Sureté Nucléaire ou encore à une adjointe au maire. Le but : mettre en lumière les interrogations et les difficultés qu'induit le nucléaire français. "Je fais du théâtre pour répondre aux questions que je me pose au quotidien. Et là, personne n'avait fait de pièces à ce sujet. Je me suis donc lancé", explique le comédien. 

Un spectacle explosif, donc, dans lequel les politiques et patrons du nucléaire en prennent parfois pour leur grade. Pour autant, ce spectacle attire tous les publics. "J'ai parlé du spectacle à des Connaulais travaillant à Marcoule ou Eurodif et ils avaient l'air vraiment intéressé par le concept. Le staff d'EDF est venu lui aussi : il a beaucoup ri", confie Eric Chalan. Un spectacle ouvert à tous, qui permet de s'interroger simplement sur l'industrie du nucléaire, sur ses non-dits et sur son histoire.

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert