FO - La Force Syndicale

Initiation au « maniement des larmes »
par Michel Pourcelot

siteon0.ts1410363431

L’armement ! Après Elf, la pompe Afrique et Avenir radieux, une fission française, voici sur les planches Le maniement des larmes, le troisième volet de la trilogie « Bleu - Blanc- Rouge » de Nicolas Lambert. Un one man show qui met en scène les protagonistes d’un secteur enclin à l’opacité.

Nicolas Lambert les fait parler. Ce sont leurs propres paroles qu’il restitue sur scène. Les mots exacts qu’ils ont prononcés. Les maux qu’ils ont causés, beaucoup ne sont plus là pour en témoigner. Par contre, sont présents une vingtaine de personnages ayant concouru au secteur de l’armement et convoqués sur scène, du moins réincarnés par Nicolas Lambert, auteur et interprète de la pièce Le maniement des larmes. Au total, un travail de fond, très précis et documenté, face à ces questions : « les citoyens savent-ils ce que la République exporte en son nom ? Les parlementaires en savent-ils davantage ? Cette opacité n’est-elle d’ailleurs pas entretenue par de grands médias ? » Alors que « le "complexe militaro-industriel" contre lequel le Président des États-Unis mettait son peuple en garde en 1961 est, en France, à la tête des plus grands groupes de presse, d’édition, de radio, de télévision »".

Armes et états d’âmes

Occasion de se remémorer des pans obscurs de l’histoire pas si ancienne, comme l’attentat de Karachi (2002) ou la fin de Kadhafi (2011), Le maniement des larmes constitue, après Elf, la pompe Afrique et Avenir radieux, une fission française, le troisième volet de la trilogie que Nicolas Lambert a consacré à « l’a-démocratie » française « du point de vue de ses grandes sources de richesse. Pétrole, nucléaire, armement »… Soit respectivement bleu, blanc et rouge. Les trois mamelles d’un monde opaque où des profits colossaux se gagnent et la démocratie se perd. Face aux états armés, les états d’âmes n’ont guère cours.

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert