Le Canard Enchainé

Ce n’est qu’un debout
par Jean-Luc Porquet

Chaque jour, il se passe des choses à Nuit debout. Trois soirs de suite, à 20 heures, les lundi 2, mardi 3 et mercredi 4 mai, Nicolas Lambert s’est invité et a joué, deux heures durant, chacun des trois spectacles de sa trilogie « Bleu-Blanc-Rouge », consacrée aux trois grandes spécialités françaises : le pétrole, le nucléaire et les armes.

Deux cents spectateurs le premier soir, deux fois plus le dernier. « On a fait un chapeau de 500 euros. De quoi se payer des grosses portions de frites et des sandwichs au jambon ! »*

Pourquoi « Le Figaro » n’applaudit-il pas ce formidable esprit d’entreprise ? Un théâtreux qui, au lieu d’attendre que tombent les contrats et les subventions, vient au-devant du public ! Pourquoi mille autres théâtreux ne l’imitent-ils pas ?

* Somme qui a en fait été partagée avec Nuit Debout et qui a surtout servi à payer les frais de la soirée (essence pour le groupe électrogène, etc.)

IMG 9029
© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert