RadioParleur

Nicolas Lambert "Ce sont des sujets qui nous concernent »
par Martin Bodrero

Tout ce que vous entendrez a véritablement été prononcé... C'est la règle de cet OVNI théâtral que propose Nicolas Lambert. Un triptyque en bleu blanc rouge pour trois pièces documentaires magistrales. Bleu pétrole pour l'affaire ELF, Blanc nucléaire pour cette passion française, et rouge pour l'armement et l'affaire Karachi. Trois pièces à voir pour lever le voile sur la face sombre de notre République.

Ce matin la, il bégaye un peu. Ce n'est pourtant pas des les habitudes de Nicolas Lambert. Mais la fatigue fait son oeuvre sur le comédien, qui enchaîne depuis plusieurs semaines ses spectacles au théâtre de Belleville dans le 11ème arrondissement de Paris. 

Les trois pièces que Nicolas Lambert jouent sont hors normes, ici pas de Roméo, ni de Juliette, pas d'allégorie voilée de notre société. Non, chez Nicolas Lambert, on est dans le réel. Ici tout est vrai. Pour construire ce fragment d'histoire de France, il a fallu au comédien un long travail d'enquête et de préparation. Pour "Elf la pompe Afrique" il a passé quatre mois sur les bancs du tribunal à suivre le procès du pétrolier en 2003.  Pour "Avenir Radieux, une fission française ?" Il s'est plongé dans les arcanes complexes de nucléaire hexagonal. Et pour "Le Maniement des larmes" il a décortiqué l'affaire Karachi. Chaque pièces lui a pris près de deux ans de gestation. 

Sur la forme, c'est un quasi seul en scène qu'offre Nicolas Lambert, interrompu seulement par quelques courts intermèdes musicaux. Les politiques, les journalistes, les grands dirigeant d'entreprise, il les incarne tous, transformant magistralement sa voix, et modifiant ses expressions jusqu'à ressembler de manière troublante à un Sarkozy, ou un Balladur. Parfois le fil de ces vraies-fausses conférences de presse, d'interview, de coups de fils, qui ressuscitent la parole des protagonistes, s'interrompt, et Nicolas Lambert en profite pour préciser le contexte du procès Elf ou de la procédure en cours dans l'affaire Karachi. Sans jamais nous ennuyer.

Des affaires complexes qui deviennent simples à comprendre

On ressort de ces longs spectacles saisi-e-s par les magouilles et autres manipulations auxquels se livrent nos hommes d'État, mais surtout, lorsque l'on quitte le théâtre, on a enfin compris les méandres des sombres affaires dont l'État français est coutumier. Une réussite à voir absolument.

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert