I-Télévision

logo-itele

I-Afrique : théâtre
Par Mathieu Firmin - Frédéric Balland

En 2003, le procès Elf défraie la chronique. Plusieurs ancien dirigeants de la compagnie pétrolière dont Loïk le Floch-Prigent, Alfred Sirven et André Tarallo sont condamnés à des peines allant jusqu'à 5 ans de prison ferme pour abus de bien sociaux. Le spectacle inspire le comédien Nicolas Lambert pour un spectacle original..

En 2003 le comédien Nicolas Lambert a suivi dans son intégralité le procès Elf, une affaire politico-financière ayant pour enjeu l'exploitation du pétrole africain. Quatre mois d'audience résumés dans un spectacle de deux heures retraçant les grands moments du procès et reprenant les vrais déclarations des prévenus.
NL : "J'essaie de ne pas avoir de regard sur leur propos. Juste je les mets ensemble pour qu'on les comprennent et pour qu'ils synthétisent des choses qui sont très compliquées".

Nicolas Lambert incarne tour à tour le Président du Tribunal et les principaux accusés. Loïk le Floch-Prigent, ancien PDG d'Elf qui plaide responsable mais pas coupable,
"Loïk le Floch-Prigent : J'ai considéré que tout ceci était entre les mains de M. Tarallo et de M. Sirven. Durant toute ma présidence, je n'ai pas eu la vigilance qu'un Président aurait dû avoir sur ces affaires. C'est un gros défaut."
André Tarallo, ancien Monsieur Afrique de la compagnie pétrolière, joué en vieillard faussement naïf
"André Tarallo : Je crois vraiment que l'on peut servir Elf et le Gabon pour le plus grand bénéfice des deux."
Enfin, Alfred Sirven, ancien directeur général des affaires d'Elf : un personnage haut en couleur, assumant ses dérives, mais pas celles des autres.
Alfred Sirven : Vous me posez cette question là, alors que le procès commence à peine…
Caisse noire, dessous de table et corruption, Nicolas Lambert dénonce dans ce spectacle très politique, ce qu'il appelle le pillage par la France de ses anciennes colonies.
NL : "Nous on est arrivé avec une différence de l'espace d'une main entre le niveau des africains et le niveau des français et maintenant on a un abîme qui est insurmontable tant que des compagnies transnationales continueront à exploiter et ces peuples et ces terres".

© Un Pas de Côté 2018 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert