La Terrasse

Nicolas Lambert éclaire les forfaitures de la République pétrolière.
Par Catherine Robert

Nicolas Lambert propose une nouvelle version de son indispensable mémorial du procès Elf et travaille au deuxième volet d’une trilogie sur les mensonges d’Etat : reprise et création à ne surtout pas rater !

Bleu – Blanc – Rouge, l’a-démocratie, tel est le titre du triptyque dont Nicolas Lambert a jeté les bases en 2003 avec un spectacle joué plus de quatre cents fois et devenu aussi célèbre que les tristes sires qu’il met en scène : Elf, la pompe Afrique. De mars à juillet 2003, Nicolas Lambert a consigné les minutes du procès de ce formidable scandale politico-financier qui révéla les arcanes mafieuses de la politique africaine d’une France maintenant ses anciennes colonies sous coupe réglée. Nicolas Lambert interprète les différents protagonistes de cette affaire d’Etat : comparaissent à nouveau, devant les yeux des spectateurs, Loïk Le Floch-Prigent, André Tarallo, Alfred Sirven et André Guelfi, grands manipulateurs de fonds et d’influences. Indispensable viatique pour se repérer dans les méandres de ce marigot, le spectacle de Nicolas Lambert est aujourd’hui repris pendant que son auteur travaille en résidence au Grand Parquet à éclairer un autre imbroglio : celui du nucléaire français. Un avenir radieux, une fission française sera présenté pour la première fois le 26 avril à 20h. En résonnance aux représentations d’Elf, la pompe Afrique et à l’installation de Nicolas Lambert au Grand Parquet, Franck Lepage et la SCOP Le Pavé proposent six conférences gesticulées : un indispensable complément à ce mois de lucidité politique !

Catherine Robert

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert