L'Âge de Faire

Affaire Elf, Lambert du décor
Dossier, par Samuel Duhamel

C’est l’histoire de 37 malfrats accusés d’abus de biens sociaux, détournements de fonds publics et de recels aggravés. Comme les escrocs, ils agissaient dans l’ombre en s’attaquant aux proies les plus faibles et les moins exposées. Comme les voleurs de rue, ils croyaient échapper pour toujours au travail inquisiteur de la Justice. Cupides, cyniques et égotistes, ils nageaient dans leur fourberie avec une allégresse sans vergogne. Une affaire banale de corruption ? Non ! Ici, les bandits sont en col blanc et les sommes détournées atteignent les millions d’euros. Bienvenue dans l’affaire Elf, le plus grand scandale politico financier des cinquante dernières années. En 2003, le procès des dirigeants de l’ancienne compagnie nationale d’énergie a fait les grands titres de la presse française et européenne mais les faits reprochés aux sieurs Le Floch-Prigent, Guelfi, Tarallo et consorts sont tels qu’une piqûre de rappel s’avère indispensable. C’est l’objet de la pièce Elf la pompe Afrique, en tournée dans l’Hexagone depuis 2004.

Dans un décor minimaliste où chaque objet a son importance, l’auteur et comédien Nicolas Lambert reconstitue avec minutie les quatre mois de procès. Seul sur scène, il campe une dizaine de personnages avec ingéniosité imitant les mimiques des uns et des autres sans tomber dans la caricature. Stupéfaction du juge devant les déclarations ubuesques des accusés, dédain teinté d’ironie de Louis Le Floch-Prigent, impudence déconcertante d’Alfred Sirven, mauvaise foi irritante d’André Tarallo… Il n’est pas besoin de masque ou de maquillage pour distinguer les personnages. Le génie de la pièce de Nicolas Lambert consiste à reprendre uniquement les phrases prononcées lors des audiences du tribunal correctionnel de Paris. Résultat : un texte savoureux digne de Labiche ou de Guitry. Le burlesque (Le juge à Guelfi : « Vous vous trouvez dans le même tribunal que Marie-Antoinette lors de son procès ! », Guelfi : « Qui çà ? », Le juge : « Marie-Antoinette, la femme de Louis XVI ! », Guelfi : « Et combien elle a pris, monsieur le juge ? ») succède au pathétique (Sirven : « Je n’ai jamais proposé l’argent de la compagnie à quiconque, monsieur le juge. Je ne le donnais que lorsqu’on me le demandait… et j’en tire une fierté personnelle ! ») dans un tempo bien senti.

Mais l’essentiel est ailleurs : la pièce de Lambert rappelle les sombres implications politiques de l’affaire Elf. Ce ne sont pas seulement 37 anciens officiels de la compagnie pétrolière qui ont été jugés devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris, c’est aussi un régime politique entier. Chefs de l’Etat coupables d’entretenir des relations amicales avec des dictateurs sanguinaires pour préserver l’intérêt de la France, ministres encourageant le pillage de l’Afrique au bénéfice d’une entreprise milliardaire, hauts fonctionnaires empêchant le travail efficace de la Justice… L’addition est salée pour « la patrie des droits de l’homme ».
A l’heure où les grands médias industriels dispensent des informations de plus en plus aseptisées, on ne peut que se réjouir de voir Nicolas Lambert revenir avec brio sur ce scandale d’Etat. Plus qu’une pièce de théâtre, c’est à un cours d’histoire et d’instruction civique que l’on assiste en allant voir Elf la pompe Afrique. A six mois des élections présidentielle et législatives, la leçon est salutaire…

Samuel Duhamel


Entretien avec Nicolas Lambert (auteur, metteur en scène et comédien de la pièce Elf, la pompe Afrique)

Pourquoi avoir décidé de suivre les quatre mois de procès des 37 anciens dirigeants d’Elf en 2003 ?
A l’époque, je souhaitais faire un travail sur la justice et plus précisément sur cette monstruosité qu’est le système carcéral. Je suis donc allé voir plusieurs procès pour m’imprégner de l’ambiance, découvrir le rôle des juges, des avocats, du procureur… Et puis, je suis allé assister au procès Elf. Ca a été une grande surprise : cette affaire condensait une série impressionnante de problèmes et de dysfonctionnements à tous les niveaux (politiques, financiers, économiques…). Après le procès, j’ai abandonné une idée de spectacle que j’avais déjà commencé. Je devais faire une pièce sur le procès Elf, cette affaire s’imposait à moi. Je ne pouvais plus faire autrement.

Quels sont vos objectifs avec cette pièce ? Quels buts voulez-vous atteindre ?
Mes ambitions avec Elf la pompe Afrique sont nombreuses. Je souhaite d’abord faire venir des gens qui ne sont pas habitués à aller au théâtre. J’ai joué dans des petites salles, des bistrots, des amphithéâtres pour qu’un maximum de citoyens puissent voir la pièce et apprendre ce qui s’est passé dans les arcanes de la société Elf pendant toutes ces années. Je veux aussi proposer au public une pièce de notre époque, une histoire qui les touche par sa contemporanéité. J’aime beaucoup Molière, Shakespeare ou Marivaux mais je trouve çà bien aussi de voir des pièces d’aujourd’hui, plus proches de nous. Autre objectif : faire en sorte que les spectateurs passent un bon moment. La pièce dure pas loin de trois heures, il est donc important qu’ils prennent du plaisir en me voyant jouer et en découvrant les horreurs qu’ont commises les personnages que j’interprète. Enfin, je souhaite vraiment que les gens sortent de la pièce armés d’autre chose que de l’information aseptisée qu’ils regardent à la télé. De grands groupes industriels ont fait main basse sur l’information et la culture. Moi, je veux que les gens utilisent leur temps de cerveau disponible pour autre chose que la publicité. Si les gens sortent du théâtre en comprenant davantage le monde dans lequel on vit, j’aurais réussi ma mission.

Dans votre pièce, de nombreux chefs d’Etat ou ministres en prennent pour leur grade. N’avez-vous pas peur que votre pièce dégoûte les spectateurs de la vie politique et conforte le sentiment partagé du « tous pourris » ?
Après avoir vu Elf la pompe Afrique, le risque d’être déçu de la politique et de nos représentants existe. Mais dans le même temps, à force de regarder des émissions de télé réalité ou de divertissement, le risque de rejet du politique existe aussi. Quelque part, assister à la pièce est un exercice pénible, c’est sûr… mais je n’en suis pas responsable. Je suis juste le rapporteur de ce qui s’est passé. Il faut maintenant tourner la page Elf et tenter d’en écrire une nouvelle. La pièce doit donner envie d’agir, de résister, de réfléchir… Il me semble de mon devoir de jouer des pièces qui permettent une prise de conscience. De Gaulle savait qu’Elf était une société corrompue qui pillait l’Afrique à l’avantage de quelques uns, il n’a pas bougé. Mitterrand non plus. Chirac non plus… Maintenant, nous aussi, nous savons. Et nous nous devons d’agir pour changer les choses.

A entendre certaines répliques, on a du mal à croire que toutes les phrases aient été tirées du procès. Comment les accusés ont-ils pu tenir des propos aussi ridicules ou irresponsables ?
Les hautes fonctions, l’argent facile, le sentiment d’impunité… tout cela peut aboutir à de telles dérives. Mais la grande médiocrité de l’affaire Elf peut se comprendre : on peut être aveuglé par tant de fastes et d’apparats. La simplicité et la niaiserie des accusés montrent aussi qu’il n’est pas besoin d’avoir fait bac + 8 pour faire de la politique. Que des gens aussi bêtes et primaires aient occupé des fonctions aussi importantes montrent que la politique, l’économie, la diplomatie, ce n’est pas aussi compliqué que cela. Quand un homme politique décide de vendre des armes à un dictateur en échange d’un pétrole bon marché, il est facile de comprendre que l’intérêt économique passe avant les droits de l’homme. Quand des hommes d’affaire ouvrent des comptes dans des paradis fiscaux pour ne pas être imposés au mépris du droit international, il est facile de comprendre que l’intérêt économique passe avant les droits de l’homme. Aujourd’hui, le groupe Total est plus puissant que l’Etat français vu les profits pharamineux qu’il draine[1] et la dépendance pétrolière de notre société. Cela est aussi facile à comprendre mais cela doit nous poser des questions.

Après quatre mois de procès et deux ans de tournée, que vous inspirent aujourd’hui les principaux personnages que vous incarnez (Le Floch-Prigent, Sirven, Tarallo…) ?
Rien de bien. Dans ma pièce, j’essaie de leur donner un maximum de sympathie, de les rendre humains, de montrer aux gens que ce ne sont pas des gros monstres. Ils ont fait d’immenses conneries mais chacun d’entre nous pourrait faire les mêmes sans vigilance et sans sens critique. Heureusement, je ne me laisse pas bouffer par mes personnages : j’ai beau vouloir les humaniser le plus possible sur scène, je vois toujours leur mauvaise foi, leur cynisme et leur médiocrité. Ces gens ont profité d’un système injuste qui les a servis pendant plusieurs années. Moi, j’ai envie de me battre contre ce système.

Pourquoi avoir décidé de camper autant de personnages seul ?
Pour trois raisons : d’abord, j’ai fait la pièce à une époque où je voulais bosser en solo. Ensuite, j’étais le seul à avoir assisté au procès et il aurait été difficile d’expliquer à d’autres comédiens les gestes, mimiques et comportements des accusés sans qu’ils ne les aient vus. Enfin, j’ai joué la pièce des dizaines de fois sans être rémunéré pour des amis, des étudiants ou des associations que j’apprécie. Je ne sais pas si d’autres comédiens auraient pu ou voulu accepter cela.

Pensez-vous qu’Alfred Sirven ait été assassiné ?
Aucune idée… mais vu le nombre de macchabées qu’a laissés l’affaire Elf derrière elle, je me dis que c’est possible !

Que peut-on faire pour que la France et Total aujourd’hui cessent de sucer le sang et les richesses des anciens pays colonisés et arrêtent de soutenir les dictatures sur place ?
Il faut informer, aller voir plus loin que ce que l’on dit dans les journaux télé, se poser des questions sur l’origine des informations que l’on reçoit, interpeller nos élus, soutenir des associations qui se battent pour assainir les relations franco-africaines et contre les mensonges d’Etat. En un mot, il ne faut pas se laisser endormir par le système. Mais attention : le système est fort, c’est une machine qui broie les libertés et les droits, qui préserve les privilèges de quelques uns, qui empêche le travail de la justice. Méfions-nous aussi de cette gigantesque industrie du divertissement qui veut nous endormir. Pourquoi les marchands d’arme et les grands industriels, qui détiennent les médias de masse, veulent-ils nous divertir avec leurs émissions débiles et leurs magazines voyeuristes ? Quels intérêts ont-ils à çà ?

Que vous inspire la mise en examen récente de Christophe de Margerie, numéro 2 de Total, pour complicité d’abus de biens sociaux et complicité de corruption d’agents publics étrangers ?
L’affaire Elf semble se poursuivre. Espérons que, cette fois, le juge d’instruction [Philippe Courroye] puisse effectuer son travail sereinement et sans être menacé. Ca n’a malheureusement pas été le cas d’Eva Joly, la juge d’instruction de l’affaire Elf, l’a été pendant ses huit ans d’instruction… Alors restons debout, les yeux ouverts.

Propos recueillis par Samuel Duhamel

[1] Plus de 13 milliards d’euros en 2005

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert