Ouest-France

logo-ouest-france

"Le procès réécrit et mis en scène par Nicolas Lambert"

Après la Journée du bandeau blanc et la semaine de la solidarité internationale, la Casi 49 change de registre (1). C'est au moyen du théâtre que la coordination veut amener à réfléchir sur les rapports Nord-Sud. Nicolas Lambert va venir jouer « Elf, la pompe Afrique». Une pièce voulue citoyenne et drôle.

Nicolas Lambert n'est pas un comédien tout à fait comme les autres. II prend la plume, aussi, et milite à sa façon. En l'occurrence, c'est après avoir assisté au procès Elf (en 2003) qu'il a écrit sa pièce « Elf, la pompe Afrique ». Et qu'il l'interprète seul en scène. Sans crainte de se charger de tous les rôles importants. Celui du président du tribunal aux questions ciselées à l'extrême, celui d'Alfred Sirven dont on n'a pas oublié l'allure faussement débonnaire. Le rôle encore d'André Tarallo à l'incroyable mauvaise foi. Et celui, bien sûr, de Loïk Le Floch-Prigent...

Pour écrire son spectacle, Nicolas Lambert s'est appuyé sur le procès auquel il a assisté de mars à juillet 2003. Même si le procès, en réalité, était intenté pour abus de biens sociaux, par la compagnie Elf, à rien de moins que 37 prévenus!

L'objectif de Nicolas Lambert: démêler les fils d'un « imbroglio politico-économico-militaro-judiciaire», pour en faire un spectacle citoyen. Et montrer, au final, comment derrière le procès fait aux hommes, « un autre procès apparaît, celui d'un système, celui d'un État. »

Le propos ne pouvait qu'intéresser au plus haut point André Chabot, président de la Casi 49, celui de « montrer, à travers cet exemple, comment fonctionnent les mécanismes de détournement d'argent et comment, au final, ce sont les pays producteurs, de pétrole dans l'affaire Elf, qui sont les premières victimes d'opérations financières mafieuses.»

(1) Casi 49: coordination des associations de solidarité internationale.

© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert