OWNI - news augmented

Mieux vaut en rire, de peur...
par MEDIA HACKER

Écrite et interprétée par Nicolas Lambert, elf, la pompe Afrique, est une pièce d'utilité publique. Elle éclaire de façon limpide les rapports entre la France et ses anciennes colonies, le système de la « Françafrique »

Vous n’avez jamais rien compris aux imbroglios d’Elf en Afrique en lisant les comptes-rendus dans la presse ? Regardez donc elf, la pompe Afrique, une pièce écrite et interprétée par Nicolas Lambert, de la compagnie Un Pas de Côté. Créée en 2004, rejouée ce printemps, elle sera diffusée le 8 mai sur France Ô à 21h30.

Durant plus de trois mois, de fin mars à début juillet 2003, Nicolas Lambert a assisté au procès intenté par la compagnie pétrolière Elf à 37 prévenus, jugés pour abus de biens sociaux. Parmi eux, l’ancien PDG Loïk Le Floch-Prigent, Alfred Sirven, André Tarallo, « M. Afrique » et André Guelfi, aka Dédé la sardine.

De ces notes prises durant ces centaines d’heures d’audition, Nicolas Lambert tire ce qu’on peut appeler une pièce d’utilité publique, tant il éclaircit le véritable enjeu du procès : montrer les rouages de la Françafrique. Durant deux heures, il incarne tour à tour chacun des protagonistes, sans oublier le président du tribunal. C’est truculent comme des dialogues d’Audiard, à une différence près : les propos sont des verbatims. Alors on se tord de rire non sans un certain malaise.

Le malaise devient patent lors des « interruptions de séance » : une femme africaine interprète un chant lancinant rappelant les méfaits du système, soutenu par un austère violoncelle. À la fin de la pièce, Nicolas Lambert ne manque pas de rappeler que le système en question n’a fondamentalement jamais été remis en question. Ce n’est pas les récentes événements en Côte d’Ivoire, en Tunisie, en Libye, etc., qui démentiront son propos.

elf, la pompe Afrique est le premier volet d’une trilogie sur « l’a-démocracie ». Avenir radieux, une fission français, le deuxième opus, fera l’objet d’une lecture et d’une présentation de chantier le 26 avril au théâtre du Grand Parquet à Paris.

À voir aussi, notre carte des biens mal acquis.


© Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert