Rue du Théâtre

La Victoire en chantant
Trente années de la vie d'une femme, de la Première guerre mondiale au premier vote féminin : en chansons, et tambour battant, suivez Victoire dans ses combats !

Par Corinne FRANCOIS-DENEVE

La vie de Victoire Bayart commence bien mal. Naître un 14 juillet 1916, le jour où son poilu de père disparaît dans la boue de Verdun, ce n'est quand même pas très joyeux. Elevée par une mère suffragette, couvée par l'affection de Marguerite, la Lorraine anar, "Chourinette" s'en va quand même son bonhomme de chemin, le menton haut, et toujours une chanson aux lèvres. Celles de son époque, évidemment : "Verdun, on ne passe pas", fièrement entonné sous un préau d'école, gestuelle de la communale à l'appui ; "Viens à l'exposition", de Malloire - ou, de façon plus politiquement correcte, une ritournelle de Mireille et Jean Nohain. 

Victoire est de tous les combats, et sur tous les fronts : dactylo du Front Populaire, chanteuse qui va se découvrir juive et à qui on interdit de chanter, amoureuse d'un G.I. noir, dont elle a un enfant… : c'est tout le début du XXe siècle que le personnage incarne et résume, par le biais authentique, et souvent cruel, des chansons de l'époque, entonnées par la comédienne-personnage.

Victoire, fille du soldat inconnu, est une pièce ouvertement militante, féminine et postcoloniale. Le texte est toutefois toujours drôle et fourmille de trouvailles ingénieuses, ainsi de cette Corinne Tréclair, qui fait fortement penser à Corinne Luchaire - autant dire que les "recherches documentaires" ont nourri ce spectacle, qui n'est pas un seul divertissement musical.

Douée pour pousser la chansonnette comme pour imiter l'accent lorrain, Sylvie Gravagna, également auteure de la pièce (et on prendra garde à ne pas oublier le "e" final) entraîne son public avec une vivacité et une conviction sans faille. 

Elle est fraîche et joyeuse, et, avec elle, la leçon d'histoire (par les femmes) n'a rien d'un pensum - mais on a pensé ! 

© Cie Un Pas de Côté 2017 - co-direction Sylvie Gravagna & Nicolas Lambert